Les comportements agressifs ou d’agressivité

Mon chien est agressif . Pourquoi ?

Voici un des problèmes majeurs que nous sommes amenés à rencontrer avec notre chien, notre chat ou mettre notre petit rongeur préféré.

chien-agressif-face-a-un-autre-chien

Le comportement agressif, comme tout comportement, est avant tout un état réactionnel intentionnel, conscient ou non. Qu’est ce que l’agression et qu’entraine-t-elle ? C’est avant tout  une menace ou un comportement dommageable contre l’équilibre psychique et physique d’un autre individu. Il est donc primordial de comprendre sa typologie et les reconnaître ses circonstances de pour l’anticiper, la prévenir et l’éradiquer.

Aucune étude n’a été menée sur notre territoire pour comprendre les agressions et leur dangerosité. Des chiens ont été catalogués, à tort ou à raison, cela appartient à un autre débat.

On peut estimer que n’importe quel chien peut être dangereux, car aucune étude scientifique ne démontre le lien entre race et comportement. S’il apparaît que la dangerosité d’un chien n’est en aucun cas à corréler à sa race, il faut alors se pencher sur sa lignée, sa socialisation, son éducation, et ses relations dans son foyer.

Tout autant de critères à prendre en considération.

Pour commencer, nous allons explorer les typologies de comportements agressifs pour tenter d’y voir plus clair. Car tous les comportements agressifs ne peuvent pas être abordés de la même façon.

Les typologies

L’agression parentale: c’est typique de la mère qui corrige son chiot pour leur apprendre le cadre et les liens sociaux. Cette agression est avant tout disciplinaire et éducative.

Les Jeux de combat : dès 4 semaines, les chiots vont se bagarrer entre eux et s’entrainer au combat. C’est un rite social important qui comporte des codes et un mode de communication très particulier. C’est le meilleur moyen pour que les jeunes chiens apprennent le contrôle de la morsure et l’arrêt du jeu. Ces jeux de combat sont nécessaires pour enseigner aux chiens les bases de la communication. Cela leur sera indispensable à l’état adulte. A l’âge adulte, les jeux combats se poursuivent. Ils ont une importance pour la cohésion du groupe, il faut néanmoins être vigilant que ces jeux ne dégénèrent pas en combat pouvant infliger des blessures importantes. L’équilibre peut être mince, entre le jeu à deux et le duel.

bagarre-chiotLa bagarre est un besoin génétique et social. Ainsi le jeu entre le chien et son compagnon humain devra être satisfait, soit en jouant à la bagarre, si la morsure est contrôlée et que le jeu reste soft, soit en remplaçant ce jeu par d’autres activités de substitution. Un jeu de bagarre qui dérape est un jeu où il manque le contrôle et l’arrêt. Il faudra stopper le jeu urgemment.

Le contrôle de la morsure

Dans un groupe social, les morsures sont une façon d’explorer, d’interagir, de jouer, de gérer des  conflits. Ces morsures ne devraient pas entraîner de blessures.

Les morsures sociales sont contrôlées  par leur génétique (lignée), leur  apprentissage (vécu, éducation) et leurs émotions (cognitions).

L’Agression de compétition: Dans quel contexte et avec qui ?

wer hat angst vor dem bˆsen wolfCes types d’agression peuvent se passer entre chiens, entre chien  et humain et ce pour divers cause telles que, l’accès à la nourriture, un objet précis, une place ou encore pour le partenaire sexuel.

Doit-on alors parler de dominance et de hiérarchie ? Il y a dans ces domaines beaucoup d’avis et de point de vue. Dans un groupe social (chez le chien), la hiérarchie est assez changeante. J’entends par là que le chien « alpha » dans une situation donnée, va être l’oméga dans une autre. Dans un groupe social, chacun a sa place et s’y tient. C’est dans l’éventualité où il ne s’y tiendrait pas que les tensions apparaissent. On fait souvent le parallèle entre le chien et le loup : le chef de meute, le loup Alpha,… en oubliant souvent qu’entre un chien et un loup, 65.000 ans d’évolution comportementale et cognitive les séparent. Les 2 canidés ont certes une génétique commune avec des liens de parenté. Mais leur adaptation, leur évolution les ont aussi éloignés, autant que  notre ancêtre néandertalien et l’homme moderne que nous sommes devenus (enfin, pour la plupart d’entre nous).

Pour en revenir à nos compétiteurs, quand 2 chiens ont la même gamelle en perspective ou quand ils ont décidés de faire la court à ma même femelle, il n’y a pas de hiérarchie… seul les hormones ont la parole. Et ce cas de figures peut également exister entre un chien et un homme. Et souvent on se rendra compte que le comportement répréhensible aura été préalablement encouragé par l’humain ou une tierce personne.

Défense et autodéfense – l’agression par irritation ou par peur : c’est sans nul doute la raison majeur des agressions recensées. Mais faut-il encore admettre que le chien a mordu car il s’est senti menacé, ou agressé… pourrait-on croire que le chien n’est pas fautif ?

chat-et-chiotLes animaux, et dans notre cas le chien, ne sont ni des robots qui répondent à des stimuli de façons linéaires, ni des jouets qui doivent tout subir et supporter. Leur système émotionnel doit être pris en compte, si on veut éviter des drames.

Un chien, qui aime être caressé par ses humains, ne va pas forcément accepter la proximité des gens qu’il ne connaît pas, et encore moins d’être touché par eux. Il est donc très important de veiller à ce que nos chiens ne soient pas à la portée des petites mains aimantes. De la même façon, il apparaît évident d’apprendre à nos enfants de ne pas toucher les chiens qu’ils ne connaissent pas.

De plus, votre loulou adoré peut être le chien le plus patient et gentil du monde, il se peut qu’un jour, sans savoir quel mouche l’aura piqué, il n’aura pas sa légendaire patience et se lassera vite des taquineries de l’enfant de la famille. Outre le fait qu’in ne laisse pas un enfant en bas âge seul avec un chien, on veille aussi à ce que l’enfant laisse le chien tranquille, pour la tranquillité de la maison et le respect de ses habitants. Des mots qui peuvent paraître sans fondement pour certain, vide de sens pour d’autres ou encore impertinents.

Pour information, on compte entre 250.000 et 300.000 morsure de chien par an en France. Les enfants sont pour 65% des cas les victimes de morsures. Dans 65% de ces cas, le chien est connu, car c’est soit le chien de la maison, soit celui des amis, chez qui on se trouve. Seul 35% des cas de morsure sont fait sur la voie publique par des chiens inconnus.

A la maison (ou celui de l’ami), la morsure arrive quand l’enfant:

  • joue avec le chien, ou trop près du chien,
  • approche du chien qui est en train de manger
  • Entre dans une pièce où se trouve le chien
  • Surprend le chien endormi
  • Veut câliner le chien… de force
  • Enlève le jouet au chien

Dans 100% des cas, l’enfant est seul avec le chien, sans la présence d’un adulte.

IMPORTANT : Un chien qui grogne ou qui montre les dents, n’est pas un chien méchant. Il prévient qu’il se sent menacé et qu’il est prêt à se défendre si nécessaire. Il est donc sage de ne pas insister, ni même d’essayer de le corriger. La prochaine fois, il ne préviendra plus.

Sur le plan émotionnel, le chien s’est construit à partir d’expériences passées, et surtout durant les périodes dites « sensibles » (de sa naissance à ses 12 semaines).  Son développement sera conditionné à 70%, par l’apprentissage des relations inter et intra-spécifiques et des stimulations réalisées.  Un chien qui aura été peu stimulé durant les 12 premières semaines de sa vie, aura plus  de mal à évoluer dans un environnement riche par la suite. Il risque de développer des peurs, voire des phobies, qui peuvent le conduire à être agressif.

La défense des jeunes ou du territoire :

loup-en-defense

Comme beaucoup d’animaux non humains (et humains d’ailleurs), la défense des jeunes est un enjeu de taille. La mère veut défendre ses petits contre toute intrusion, au péril de sa vie s’il le faut. On l’a vu chez la chienne, mais c’est probablement la chatte qui a la palme d’or. S’approcher d’une portée peut relever du défi de trop. Les femelles n’ont pas le monopole dans ce domaine. Il est à savoir que des «papa poule» (chat et chien) peuvent se substituer à la mère et défendre les jeunes.

On l’observe auprès de nombreuses espèces dans la nature, et notamment chez les oiseaux, mais aussi chez de nombreux mammifères.

Et puis il y a la défense du canapé, ou encore de la famille humaine, ou d’une seule personne dans le groupe familial… comme déjà explicité, cela dépendra outre de l’éducation du chien, des relations qu’il entretient avec les membres de la famille. Il est indispensable de connaître le contexte lors d’un comportement d’agression et considérer une approche globale et systémique pour en comprendre les tenants et pouvoir le résoudre.

Il existe encore de nombreuses situations où la seule réponse, pour notre animal, sera l’agression, telles que, l’agression redirigée (commune chez le chat), l’ agression de poursuite (tu cours, je cours), l’agression du chien de berger(parce que c’est mon job de protéger les brebis), l’agression apprise (le chien a été conditionné pour cela), le ganging (l’effet meute), l’agression de prédation (le chien est  un loup pour le chien),…

Il peut arriver que sans le vouloir, nous encouragions notre animal à maintenir certains comportements, jusqu’au jour où ces comportements deviennent problématiques.

Tous les comportements agressifs ont une explication, et un moyen de les prévenir. Il est néanmoins important de les considérer pour éviter l’escalade.

N’hésitez pas à nous poser vos questions si ce sujet et à partager vos témoignages.

Corine Gomez, Comportementaliste
centre.kami@gmail.com

Un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.