« Les animaux ne sont pas sensibles et ne peuvent pas ressentir de douleur, selon les députés conservateurs Britaniques »

C’est une affirmation inepte, répréhensible et sanglante qui ignore des tonnes de science.

Traduction de l’article orignal : Mark Bekkof – Psychology Today, 21 Nov. 2017

 

« Quiconque dit que la vie importe moins aux animaux qu’à nous, n’a pas tenu dans ses mains un animal qui se bat pour sa vie. Tout l’être de l’animal est jeté dans ce combat, sans réserve. « (Elisabeth Costello, dans Les vies des animaux de J. M. Coetzee)

 Les données soutenant la sensibilité animale parlent d’elles-mêmes alors cessons de prétendre que nous sommes les seuls êtres sensibles

Des personnes de toutes horizons m’envoient des emails ses derniers, à propos d’un essai de Yas Necati intitulé «Les conservateurs ont voté que les animaux ne peuvent pas ressentir la douleur dans le cadre du projet de loi de l’UE, marquant ainsi le commencement des anti-science Brexit « (pour en savoir plus, voir  » Les députés votent que les animaux ne peuvent pas ressentir la douleur ou les émotions » dans le projet de loi sur le Brexit). Les animaux de compagnie, les animaux de compagnie sont exclus de ce mouvement incroyablement stupide. Je pensais que j’avais fait un très mauvais rêve mais malheureusement, ce ne étais pas le cas.

Et ce matin, j’ai entendu parler d’un autre essai de Melanie Phillips intitulé «Les animaux ne devraient jamais être traités comme des égaux», sous-titré: «La vie secrète des vaches ne doit pas nous faire croire que d’autres espèces ont des sentiments ». Encore une fois, j’aurais souhaité que ce ne soit qu’un mauvais rêve, à propos d’une prétention fictive et folle, qui disparaîtrait quand ma tête se serait éclaircie, mais le encore, malheureusement, ça ne l’étaient pas. « La vie secrète des vaches » est un livre récemment mis à jour par Rosamund Young.

Les animaux domestiques sont épargnés de cette folie

M. Necati dit que, « Le gouvernement conservateur s’est surpassé quand il s’agit de négliger les droits des animaux cette semaine – en votant que tous les animaux (sauf les humains, bien sûr) n’ont pas d’émotions ou de sentiments, y compris la capacité à ressentir la douleur. En quittant l’UE en 2019, ce n’est pas seulement les blaireaux et les renards qui seront menacés par ce changement de loi, mais tous les animaux qui ne sont pas des animaux de compagnie, donc tous les animaux dont il sera profitable d’exploiter. » Bien sûr, les animaux de compagnie ne sont pas plus sensibles que les animaux qui sont idiotement disséqués.

Il est essentiel de rendre les données scientifiques disponibles à un large public pour contrer les contre-faits sur la sensibilité des animaux

Beaucoup de gens m’ont demandé d’écrire quelque chose à propos de cette décision qui manque vraisemblablement d’informations. J’ai alors pensé que la meilleure façon de le faire, est de mettre à jour les données disponibles au plus grand nombre. Quand les gens prennent des décisions aussi stupides et mal informées, il y a peu de choses que l’on puisse faire.

Une grande quantité de données soutenant la sensibilité animale répandue parlent d’elles-mêmes comme les principes de base de la biologie évolutionniste, y compris les idées de Charles Darwin sur la continuité évolutionnaire. Il est essentiel de les rendre accessible à un large public afin que «ce vote fictif sur les sentiments des animaux» puisse être largement contesté. Les gens ont le droit d’exprimer leurs convictions, mais il est préférable que cela se base sur des faits bien établis plutôt que sur ce qu’ils imaginent être.

Vous pouvez accéder ici pour des discussions approfondies sur la recherche sur la sensibilité animale et ici pour des discussions sur la recherche sur la douleur animale qui sont soutenues par une recherche comparative détaillée. Une publication savante intitulée «Animal Sentience: An Interdisciplinary Journal on Animal Feeling (Sensibilité Animale : un journal interdisciplinaire sur le ressenti des animaux) » fournit des essais et des commentaires à jour, sur la sensibilité animale chez une grande variété de non-humains. Plus d’essais courants et de livres peuvent être trouvés. Des discussions récentes sur la vie cognitive et émotionnelle des vaches et des moutons peuvent être vues dans «Les vaches: la science montre qu’elles sont des individus brillants et émotionnels», «Visages discriminés des moutons, alors qu’y a-t-il pour les moutons? ». Téléchargez la Charte pour la compassion des animaux, établie par Rob Percival, fondateur et directeur.

En outre, il y a aussi la Déclaration de Cambridge sur la Conscience qui souligne:

« L’absence de néocortex ne semble pas empêcher un organisme d’expérimenter des états affectifs. Des preuves convergentes indiquent que les animaux non humains ont les substrats neuroanatomiques, neurochimiques et neurophysiologiques des états conscients ainsi que la capacité à manifester des comportements intentionnels. Par conséquent, le poids de la preuve indique que les humains ne sont pas uniques dans la possession des substrats neurologiques qui génèrent la conscience. Les animaux non humains, y compris tous les mammifères et les oiseaux, et de nombreuses autres créatures, y compris les pieuvres, possèdent également ces substrats neurologiques.  »

C’est une initiative extrêmement importante de la part de scientifiques respectés. Dans un essai intitulé « Les scientifiques concluent que les animaux non-humains sont des êtres conscients« , j’ai noté que cette déclaration était attendue depuis longtemps et que le fait d’être anti-science est nocif pour les autres animaux. J’ai également avancé : « travaillons tous ensemble pour utiliser cette information pour arrêter l’abus de millions et de millions d’animaux conscients au nom de la science, de l’éducation, de la nourriture, des divertissements et des vêtements. Nous leur devons vraiment d’utiliser notre savoir en leur nom, et de prendre en compte la compassion et l’empathie dans notre façon de traiter ces êtres incroyables.  »

Le Parlement Portugais a également reconnu les animaux comme des êtres sensibles, comme l’a fait le gouvernement Néo-Zélandais. Ce dernier exemple est très intéressant et plutôt dérangeant, car le gouvernement Néo-Zélandais a également déclaré une guerre contre la faune, qui le rendra exempt de prédateurs d’ici 2050, en utilisant des moyens horriblement brutaux de tuer des millions et des millions d’animaux sensibles (pour plus de détails voir « Le ‘Possum Stomp’ contre la compassion et la conservation et l’éthique » et ci-après « Un Professeur américain condamne les ravages de la Nouvelle-Zélande et possum ‘meurtre« ). Les plus jeunes sont encouragés à nuire et à tuer ces êtres sensibles dans le cadre d’événements scolaires.

Cette éducation inhumaine peut avoir des effets à long terme, y compris la violence envers les humains.

Faisons quelque chose maintenant pour arrêter ces mensonges et cesser de prétendre que nous sommes les seuls êtres sensibles

« Ceux qui « nous » définissent par notre capacité à introspecter donnent une vision déformée de ce qui est important pour et sur les êtres humains, et ignorent le fait que de nombreuses créatures nous ressemblent de manière plus significative en partageant la vulnérabilité, les douleurs, les peurs, et les joies, qui sont la vie des animaux sociaux. « (Lynne Sharpe, Creatures Like Us)

Il est essentiel de contrer les contrefaits qui sont fondamentalement des mensonges, contenus dans l’affirmation selon laquelle les non-humains ne sont pas sensibles et ne ressentent pas de douleur. C’est une affirmation inepte, répréhensible et sanglante qui ignore des tonnes d’avancées scientifiques détaillées et rigoureuses. C’est dans le même élan, que la loi fédérale américaine sur la protection des animaux stipule que les rats et les souris ne sont pas des. Certaines personnes rient quand ils entendent cela, mais pour ces êtres et les autres ce n’est pas du tout risible.

Dans « L’agenda d’un animal : liberté, compassion et coexistence durant l’ère humaine » Jessica Pierce et moi écrivons au sujet du manque de connaissance sur les données scientifiques, montrant que les autres animaux sont des êtres sensibles et vont de l’avant, et comment ces méconnaissances causent des dommages intentionnels. À grande échelle, cela signifie que, ce que nous connaissons depuis longtemps sur la cognition et l’émotion animale, n’a pas encore été traduit dans les attitudes et les pratiques humaines (pour plus de détails, voir «Les animaux ont besoin de plus de liberté, pas de plus grandes cages» ).

Dans un essai intitulé « Une Déclaration Universelle sur la Sensibilité Animale: Ne prétendons pas« , j’ai noté que nous ne sommes certainement pas exceptionnels ou seuls dans le domaine de la sensibilité et en effet, l’appartenance au club de la sensibilité est en croissance rapide. Il y a de bonnes raisons biologiques pour reconnaître les animaux en tant qu’êtres sensibles. Nous devons abandonner le point de vue anthropocentrique selon lequel seuls les grands animaux comme nous, les grands singes non humains, les éléphants et les cétacés (dauphins et baleines) ont des capacités mentales suffisantes pour des formes complexes de conscience et de conscience. Donc, la question intéressante et stimulante est : pourquoi la sensibilité a évolué dans diverses espèces, et si seulement elle a évolué.

Dans un essai que j’ai écrit pour le magazine New Scientist intitulé «Les animaux sont conscients et devraient être traités comme tels» à propos de la Déclaration de Cambridge sur la Conscience, Andrzej Krauze présente un dessin animé de différents animaux assis autour d’une table discutant de ces questions. La copie imprimée s’appelait «Bienvenue dans notre monde» et il était temps que nous le fassions avec un cœur ouvert.

Comme je l’ai écrit plus haut, il y a plus qu’assez de données disponibles pour permettre à ceux qui pensent encore que les animaux non-humains sont des objets insensibles et non-émotifs, de savoir qu’ils ont tout à fait tort et d’éliminer les faussetés. Affirmer le contraire n’est pas seulement ridiculement stupide, mais montre aussi que l’attitude selon laquelle il est parfaitement normal que les humains dominent tous les autres animaux est à peine morte.

Cette revendication est non seulement une insulte pour eux, mais aussi une insulte pour nous.

Dans l’ensemble, nous devons cesser de prétendre que nous ne savons pas si les autres animaux sont sensibles. Nous devons accepter le fait que nous savons ce que les animaux non humains veulent et ce dont ils ont besoin, à savoir : vivre en paix et en sécurité, comme pour nous. Leurs esprits ne sont pas aussi privés et fermés que certains le prétendent.

Je vous invite à partager ce que nous savons avec autant de personnes que vous le pouvez. Comme l’a souligné la regrettée Gretchen Wyler, « la cruauté ne peut pas rester à l’honneur« .

Des pétitions pour abroger l’affirmation fausse et absurde selon laquelle les animaux ne sont pas sensibles et ne peuvent pas ressentir la douleur peuvent être trouvées ici (il y a maintenant plus de 45 000 signatures).

Les implications de ce mouvement anti-science ne connaissent pas de limites. Les croyances ne devraient pas et ne doivent pas être utilisées comme des substituts aux faits. Les animaux seront reconnaissants et nous remercient chaleureusement de prêter attention à la science de la sensibilité animale. Et quand nous écoutons nos cœurs, nous reconnaissons et apprécions tout ce que nous savons de ce que ressentent les autres animaux et que nous leur devons de les protéger de quelque manière que ce soit.

Les autres animaux ont besoin de toute l’aide possible. Donnons-leur ce dont ils ont besoin maintenant. C’est facile à faire et nous ne devons pas faire moins.

 

Marc_and_Jethro

Mark Bekoff, Ph D., Professeur Emérite en Ecologie et Bioloie Evolutionniste à l’University de Boulder, Colorado USA

 

 

Ref.

Texte Original de Mark Bekoff, Ph.D, paru le 21 Nov 2017 dans Psychology Today

Laisser un commentaire