Catégories
Alimentation éthique animal bien-être animal nutrition santé animale

Alimentation pour les chiens : quel sont les besoins de nos compagnons?

De nos jours, l’achat d’aliment pour nos chiens devient un vrai casse tête. Alimentation sèche ou barf ? Gamelle maison ou croquettes ? croquettes vétérinaire ou supermarché ? Croquettes pour une race prédéfinie ou sénior ou light… un vrai casse-tête.

De nombreux blogueurs dénoncent les croquettes en soulignant qu’elles sont appauvries en nutriments essentiels pour nos animaux… et je suis persuadée que pour de bons nombres de croquettes vendues ici et là, c’est exact. Mais je ne mettrai pas tout le monde dans le même panier. Il existe des aliments secs pour chiens de très bonnes qualités qui réussissent à combler les besoins nutritionnels de nos animaux. Faut-il encore connaitre ces besoins.

Quels sont ces besoins ?

Le chien et le chat sont des carnivores, cependant, l’histoire d’interdépendance du chien et de l’homme a quelques peu modifier le comportement alimentaire du chien. Ainsi, le chat est rester un pur carnivore, alors que le chien s’est habitué à une nourriture plus varié et assimile particulièrement bien les légumes, les fibres et les glucides. Si la ration quotidienne du chien comporte des glucides et des fibres, l’apport principal demeure les protéines. Il est aussi primordial de fournir aux chiens des vitamines, oligo éléments et minéraux, pour éviter toutes carences.

Le chat nécessite un apport en protéine plus important et surtout des acides aminés, tel que la taurine, que nous trouvons dans la viande.

Il est donc recommandé que chaque ration ait (du plus important en terme de %) : les protéines, les glucides, les fibres, les lipides, les vitamines et minéraux, oligo éléments et acides animés.

Bien entendu les besoins ne seront pas exactement les mêmes pour un chiot que pour un sénior et de même entre un chien adulte très actif, et un chien adulte « pantouflard ». Nous allons faire un focus ici sur un alimentation sèche, type croquettes.

Comment je nourris mon chiot ?

Pour rappel, un chiot est nourri par sa mère, jusqu’à un mois, voire un mois et une semaine. Après cela, les dents du chiot irritent les mamelles de la mère et elle repousse ses chiots. A prtir de là, nous devons prendre le relais avec une nourriture qui pourra l’aider à se développer physiquement et sur le plan cognitif.

Pour les chiots, il est important que les croquettes soient riches en protéines. On peut même imaginer des protéines avec de multiples origines (volailles et poissons) pour assurer une bonne digestibilité; des protéines animales riches en acides aminés, vitamines et minéraux pour permettre une croissance et développement harmonieux. Pour renforcer leurs os et leurs cartilages pendant la croissance, la présence de glucosamine, sulfate de chondroïtine & MSM es souhaitable. Pour les chiots, de l’omega 3 est une excellente source d’EPA et DHA pour soutenir la fonction cognitive, le développement visuel et aider à réduire les inflammations. Bien évidemment, l’origine des aliments est aussi importante que la composition. Les protéines animales doivent provenir de viandes fraiches en morceaux et non pas de carcasses broyées et déshydratées.

Comment bien nourrir mon sénior ?

Les seniors ou chiens de plus de 7 ans ont besoin d’un apport en protéines important pour assurer un bon maintien musculaire (28% de protéines). La complémentation en glucosamine, MSM et sulfate de chondroïtine favorise la réparation des articulations et assure la mobilité. Ces composants sont non seulement importants pour les seniors, mais pour les chiens en surpoids et pour les chiens de grandes tailles d’avantage sujet à des problèmes articulaires. Au delà de l’aspect curatif, l’amélioration et l’apport de confort, pourvoir bénéficier de cet apport assez tôt intervient dans un aspect préventif à ces problèmes. On peut aussi imaginer des ajouts d’anti-inflammatoire naturel dans la composition des croquettes (yucca, pissenlit, curcuma, prêle,..).

Quels croquettes pour mon chien adulte ?

Nous avons vu naître cette dernière décennies des croquettes spéciales pour Golden Retriever, pour Berger Allemand, pour Jack Russel, etc… J’ai trouvé ça excellent, excellent d’ingéniosité en marketing surtout. Enfin une aide visuelle pour les propriétaires qui savent instinctivement quelles croquettes prendre ! Par contre, j’ai été déçu de ne pas trouver de sacs avec la photo de mon corniaud… qu’est ce que je vais bien pouvoir lui prendre ?

Ce qui est important est de comprendre le métabolisme de votre chien, de savoir s’il a un métabolisme rapide ou lent, d’évaluer son besoin en énergie en rapport avec son activité. Et considérer sa taille, plutôt que sa race. Les chiens doivent avoir de la mâche adaptée à leur mâchoire. La taille des croquettes doivent être proportionnelles à la taille de la mâchoire.

Dès lors que vous savez si votre chien a tendance à prendre du poids (métabolisme lent avec peu d’activité) ou s’il dépense beaucoup d’énergie en raison de son activité (chien de travail).

Le taux de contenance minimum de protéines est de 25% (en composition analytique) pour un chien adulte. Cette donnée est réellement un minimum, en deçà, son intégrité musculaire est « menacée ». La présence de glucide est également indispensable. Les glucides sont des source d’énergie lente, qui va se consommer doucement dans l’organisme et offrir à votre chien un apport d’énergie.

La protéine animale peut venir tout autant de la volaille que du poisson. Pour les chien ayant tendance à l’embonpoint, on privilégiera le poisson, qui est plus maigre que la volaille (truite, saumon versus dinde ou poulet)

Les Plus …

Dans de nombreuses croquettes, il est de plus en plus commun de voir l’ajout de compléments nutritionnels, de plantes et de légumes qui vont apporter des vertus intéressantes :

  • Cranberries : Aide à la fonction urinaire
  • Prêle des champs : anti-inflammatoire et renfort articulaire
  • Mannan-oligo-saccharide (MOS): effet prébiotique qui encourage le développement de « bactérie amies » dans le gros intestin. Pour pour la santé gastro-intestinale
  • Frusto-oligo-saccharide (FOS): effet prébiotique qui encourage le développement de « bactérie amies » dans le gros intestin. Pour pour la santé gastro-intestinale. Extrait de fruits et légumes (chicorée)
  • Asperge: composée de flavonoïdes et d’acides phénoliques, c’est un excellent antioxydant.
  • Graine de lin : régule la glycémie et le taux de cholestérol dans le sang
  • Oméga 3: acide gras essentiel, source de EPA et DHA, présent dans les algues, le saumon, le flétan, la sardine,… il a un role crucial dans la composition des membranes cellulaires : bon fonctionnement cardiovasculaire, cérébral, visuel et neuronal.
  • Yucca : booster d’immunité, il contient beaucoup de vitamines et minéraux (Vit. C, K, E, riboflavine, thiamine, acide folique, niacine, pyridoxine, choline) et des acides gras essentiels (oméga 3 et 6), du sodium et du potassium.
  • Pissenlit : vertu dépurative, apaise le foie et prévient les problèmes rénaux.
  • Luzerne : riche en vitamine A, mais aussi Vit. B, E et K. Riche en calcium, fer, magnésium, phosphore et protéines.
  • Betterave : contribue a réduire le stress et apporte une sensation de bien-être. Riche en fer et acide folique. Détoxifie grâce à la bétacyanine.

A vous de faire votre sélection

Le Centre Kami a fait la sienne. Nous avons développé des croquettes qui garantissent une bonne santé pour vos toutous adorés, parce que nous les aimons aussi, vos loulous.

Nos croquettes sont sans OGM, sans gluten, sans céréales

Élaborées avec des vétérinaires et nutritionnistes en Angleterre, nous avons voulu développer une gamme équilibrée et qui répond aux besoins nutritionnels des chiens.

Chiot – Sans céréalesDinde, poulet et Saumonaccéder à la page produit
Chien Adulte petite race – Sans céréales Dinde et Rizaccéder à la page produit
Chien Adulte grande race Sans céréales Dinde avec patates douces et cranberries accéder à la page produit
Chien Adulte – HypoallergéniqueDinde et Riz accéder à la page produit
Chien Adulte – Sans céréalesDinde, Patates douces et Cranberries accéder à la page produit
Chien Adulte -Surpoids Sans céréales: Truite, Saumon, Patates douces et Asperges accéder à la page produit
Chien Sénior- Hypoallergénique Dinde et Riz accéder à la page produit
Publicités
Catégories
éducation bien-être animal cognition animale communication animale Comportement santé animale

La pyramide des besoins chez le chien

Les besoins chez les animaux humains

Le psychologue Abraham Maslow expose pour la première fois sa théorie de la motivation, A Theory of Human Motivation, en 1943. Cette théorie est présentée à travers la pyramide des besoins, ou plus connu comme la pyramide de Maslow – représentation pyramidale de la hiérarchie des besoins.

Le psychologue américain, Frederick Herzberg, va approfondir l’approche de Maslow, à travers ses études où il définit les besoins de l’homme dans le monde du travail. Pour se faire comprendre, il présente une théorie, l’anthropologie de l’homme au travail, qu’il fonde sur l’analyse d’un double mythe, qu’il va baptiser le mythe d’Adam et le mythe d’Abraham.

  • Mythe d’Adam : échapper à la souffrance, recherche de tout ce qui va réduire sa souffrance
  • Mythe d’Abraham : lui est l’élu, dieu l’a choisi et sa motivation est de réaliser sa destinée, d’accomplir ce pour quoi il a été choisi.

L’homme au travail est à la fois Adam et Abraham. Il recherche à souffrir le moins possible (fatigue, stress), mais également à s’épanouir, à se réaliser.

L’étude des enfants sauvages a aussi permis d’avancer dans les constatations qui caractérisent les besoins des êtres vivants, notamment les animaux sociaux et Homo sapiens.


Fig. 1 Pyramide des besoins selon Maslow

  Les besoins physiologiques sont directement liés à la survie des individus ou de l’espèce. Ce sont des besoins concrets (respiration, faim, soif, sexualité…). Il s’agit d’un besoin immédiat et constant.

  Le besoin de sécurité consiste à se protéger contre les différents dangers qui nous menacent. Il s’agit donc d’un besoin de conservation d’un existant, d’un acquis. Il s’inscrit dans une dimension temporelle.

  Le besoin d’appartenance révèle la dimension sociale de l’individu qui a besoin de se sentir accepté par les groupes dans lesquels il vit (famille, travail, association, …). L’individu se définissant par rapport à ses relations, ce besoin appartient au pôle « relationnel » de l’axe ontologique.

  Le besoin d’estime prolonge le besoin d’appartenance. L’individu souhaite être reconnu en tant qu’entité propre au sein des groupes auxquels il appartient.

  Le besoin de s’accomplir est selon Maslow le sommet des aspirations humaines. Il vise à sortir d’une condition purement matérielle pour atteindre l’épanouissement.

Un sixième besoin pourrait être introduit :

  • Le besoin d’éternité, d’immortalité ou tout simplement de temps. C’est un besoin de plus en plus exprimé dans notre société. Commercialement, il se traduit par l’attirance envers les produits promettant le rajeunissement ou de gagner du temps. L’émergence de technologies nous permettant de prolonger la vie (sciences médicales, cryogénisation…)

La Pyramide de Maslow transposée chez le chien 

Il nous a semblé intéressant d’établir un modèle de pyramide des besoins chez le chien. Car vivre avec un chien, implique connaitre les besoins associés à son espèce et y répondre pour assurer son bien-être et ses développements cognitifs, émotionnels et structurels.


Fig 2. Transposition de la Pyramide de Maslow

 
 Comme Frederick Herzberg l’avait mis en avant, outre les humains, bons nombres d’espèces animales non- humaines, vivants selon un schéma social plus ou moins complexe, sont régis par une liste de besoins à combler.

Chez nos amis canins, les besoins majeurs sont :

  • les besoins biologiques, soit physiologiques et « de survie »
  • les besoins sociaux, soit les interactions avec les congénères et les autres espèces,
  • les besoins individuels, propres à chaque individu, en fonction de sa race, de son développement et de son caractère.


Les besoins physiologiques : des besoins de base

Ceux sans quoi, l’individu ne peut pas vivre d’un point de vue fonctionnel et structurel.
La nourriture et l’eau : les apports nutritionnels vont varier tout au long de la vie de notre chien. Un chiot aura besoin d’éléments spécifiques en raison de son développement musculo-squelettique et neurophysiologique. Une chienne gestante ou allaitante aura besoin d’une nourriture riche pour assurer le bon développement de sa gestation et la viabilité des chiots à venir. Un chien âgé nécessitera une attention toute particulière et un apport particulier pour l’aider dans sa motricité. En fonction de l’activité, de la race de votre chien et de sa santé, il sera capital de lui procurer la nourriture adaptée. Tout comme pour nous, l’eau est indispensable. Les chiens sont pour la majorité, nourris avec des aliments secs (type croquette), par conséquent ils sont susceptibles de boire davantage. De l’eau fraiche doit être à disposition nuit et jour. Cependant un chien qui boit de façon excessive ou plus qu’à l’accoutumé doit être amené chez le vétérinaire pour vérifier le bon fonctionnement de ses reins et son taux de glycémie et d’insuline.

Éliminer, faire ses besoins : Un chien doit pouvoir vider sa vessie et ses intestins régulièrement. Un chiot fait ses besoins après chaque repas, au cours des séances de jeu, et au réveil. Il est donc indispensable de le sortir faire ses besoins à l’extérieur à ses moments-là, pour qu’il apprenne à être propre, et donc ne plus faire à la maison.

Même si les chiens adultes sont capables de se retenir, il est vivement déconseillé de laisser son chien plus de 8 heures sans sortir. Cela peut avoir des répercussions sur son système urinaire (cystite, infection, problème de vessie, prostate…) mais aussi sur son état psychologique (anxiété, trouble du comportement….

Se reposer : Un chiot, tout comme un enfant, va assimiler tout ce qu’il s’est passé dans la journée, les nouveaux apprentissages, durant le sommeil. Il est donc indispensable qu’il puisse bénéficier d’un repos de qualité, dans un lieu tranquille et sans dérangement. Un chien adulte a également besoin de dormir dans un endroit sécurité et serein. Il a besoin de récupérer de sa journée et de ses efforts, sans quoi, il risque de développer des troubles du comportement. Un chien dort de 10 à 18 heures par jour (en fonction de l’âge).

Les besoins de sécurité

Un individu, quel qu’il soit, a besoin de sécurité pour évoluer et se développer en toute quiétude. L’insécurité est facteur de stress et de troubles autant pathologiques et psychopathologiques. Chez le chien, le besoin de sécurité est donc primordial.

 Son lieu de repos, son refuge : Il doit s’y sentir en sécurité et pouvoir s’y reposer sans être déranger. Il est important de ne pas mettre sa couche / son panier sur un lieu de passage, devant une porte, sous une fenêtre. Quand le chien fait une bêtise, il ne faut jamais le gronder lorsqu’il est sans son panier. Il doit être en sécurité dans son panier.
« Le chien a besoin d’évoluer dans un environnement cohérent et stable. » Beaucoup de chien déclenche des problèmes de comportement car ils subissent les changements d’humeur, et les variations stressantes venant de leur famille humaine. Nos agissements ont un impact majeur sur eux. Tout ce que nous faisons les impacte. Il est important pour l’équilibre de la maison, de la famille, de tenter de maintenir un milieu stable et calme.

Les besoins sociaux

Le chien est un animal social. Il a besoin d’interagir aussi souvent que possible et de façon positive avec ses congénères mais aussi avec les humains dès son plus jeune âge.
Avec ses congénères : il faut laisser les chiens libres de se rencontrer, de se sentir et de jouer et communiquer entre eux. Les humains interviennent trop souvent lors de rencontres de chien, souvent par peur de ce qui pourrait se passer. Les chiens sont moins compliqués que nous humains. Pour leur bien-être, ils doivent fréquenter d’autres chiens. Les priver de cela parce que leur propriétaire est réticent, c’est les priver de leur statut de chien. Pour les humains qui ne sont pas à l’aise avec ces rencontres ou peu confiants, il est possible de demander de l’aide auprès d’un comportementaliste ou d’un éducateur.
Avec les humains : des moments ensemble, de jeux, de tendresse, de travail. L’emmener avec nous, le faire partager de bons moments qui pour lui seront source de stimulations mentales différentes. C’est passer du temps qualitatif, en connexion avec son chien.

Avec d’autres espèces : dès lors qu’un chiot est mis en contact avec d’autres espèces que la sienne, durant ses périodes de développement, il identifiera ses espèces comme des amis et des partenaires de jeu éventuel. 

Les chiens ont besoin de vivre avec leur groupe familial. Ils ne sont pas faits pour la solitude et en souffrent dès lors qu’ils sont laissés seuls de façons récurrentes et prolongées, que ce soit dans un jardin, une pièce de l’appartement ou tout autre environnement.

Ils aiment communiquer, comme tous les animaux sociaux. Ils possèdent différents modes de communication : vocal, postural, olfactif. Il est donc important de comprendre leurs codes de communication pour y répondre de façon cohérente. Plus on les comprend, plus la complicité et la confiance mutuelle seront confortées.

Le besoin d’estime

Par estime il faut surtout comprendre « Respect ». Respecter le chien en tant que chien, en considérant sa race, son histoire et ses besoins. Les êtres humains ont tendance à humaniser leur animaux domestiques et faire un excès d’anthropomorphisme. Les effets sont très souvent désastreux, car en humanisant le chien, on ne le considère plus comme tel. Un chien n’est pas « dominant » ou « soumis ». Il n’est pas non plus « agressif » ou « voleur » ou tout autre terme tel que nous les entendons pour les humains. Un chien va réagir en fonction de son environnement à un instant donné, en soupesant sa situation, ses expériences passées et en fonction de son état émotionnel. Un chien qui aura était « estimé » et « respecté » aura acquis la confiance nécessaire pour faire face aux situations, agir et réagir de façons adaptées.

Estimer un chien, c’est lui faire confiance et lui permettre de se développer en adéquation avec les besoins liés à son espèce.

Le besoin d’utilité

Certaines races de chiens ont été génétiquement sélectionnées pour accomplir des tâches bien particulières depuis le XIIème siècle. On pensera aux chiens de berger (border collie, shetland, Berger australien, bouvier des Flandres…), aux chiens de chasses (épagneul, cocker, teckel, braques, pointer, beagles, St Huber, shiba inu, lévriers…), aux chiens de travail, de défense et d’utilité (husky, malamute, berger allemand, malinois, dobermann…). Ces chiens ont dans leur organisme des marqueurs génétiques et des traits de caractères qui répondent aux exigences définies depuis 1000 ans. Il est impensable de leur demander d’agir différemment aujourd’hui.

En fonction de leur race, les chiens ont donc un besoin irrépressible d’accomplir leur tâche. S’ils en sont privés, ils vont mettre en place des activités ou en comportement compensateurs (destruction, aboiements intempestifs, agressivité, fugue…)

Afin d’éviter des erreurs de casting, il est conseillé de bien se renseigner sur la race ou le croisement de races du chien que l’on souhaite adopter, pour s’assurer que nous serons en mesure de répondre à ses besoins.

Les besoins d’activité

Comme mentionné ci-dessus, les chiens ont besoin d’accomplir certaines tâches et avoir des activités définies. En moyenne un chien nécessite entre 3 à 5 heures d’activités par jour.

Il faut bien évidemment prendre en considération, la race, l’âge et la santé du chien. Un bichon de 7 ans ne va pas avoir besoin d’autant d’activités qu’un Berger Allemand de 2 ans. Cependant, si sur le plan physique, le Berger Allemand sera davantage demandeur, le bichon sera friand d’activités intellectuelles et de jeux.

Voici les type d’activités dont les chiens ont besoin :
–    Activité locomotrice : promenade, marche, course, nage, jeux « de bagarre » entre chiens
–    Activité sensorielle : l’observation, la découverte, le pistage
–    Activité intellectuelle : jeux de recherche d’objets, d’accès à la nourriture, éducation et obéissance de façon ludique.
–    Activité sexuelle : principalement pour les reproducteurs, en général les animaux de compagnie sont stérilisés.
–    Activité vocale : aboiements, chants (yoodle pour les basenji), hurlements, jappements, grognements
–    Activité masticatoire : manger, mâcher, mastiquer. (On préférera donner à notre chien des os, des friandises pour nettoyer les dents, des jouets type kong, des cordes à tirer, des cornes de cerfs)

Un chien comblé

Pour assurer un bon équilibre physique, émotionnel et comportemental, un chien doit pouvoir être satisfait dans tous points. Tous les besoins doivent être comblés en permanence et non pas l’un après l’autre.

Un chien, dont les besoins sont comblés, sera le chien parfait pour la famille parfaite. Et c’est tout ce que nous vous souhaitons.

Dans notre monde, ce n’est pas toujours facile de parvenir à combler nos propres besoins de façon permanente. Nous rencontrons des frustrations, des obstacles à notre épanouissement et parfois tristement pour des besoins bien plus primaires. Il faut néanmoins bien différencier nos besoins et nos désirs. Dès lors que le distinguo est clairement fait, il faut alors réduire nos prétentions et focaliser sur nos réels besoins… et on pourra alors se sentir heureux, comme un chien comblé.

Corine Gomez – Comportementaliste

Reférences :

Catégories
bien-être animal Comportement conscience santé animale

Guérir nos animaux avec des soins énergétiques

Les soins énergétiques pour animaux sont avant tout un cadeau d’amour que nous faisons à nos compagnons à quatre pattes, en leur transmettant l’Énergie Vitale dont ils ont besoin pour les aider à régler le dysfonctionnement qui les affecte (autant que possible).

Tout comme l’humain, les animaux ont eux aussi leur sensibilité qui peut générer comme chez nous, humains, des douleurs, des blocages, voire des maladies.
Tout comme pour l’humain, le médecin des animaux : le vétérinaire, peut gérer nombre de leurs inconforts, soigner les maladies et bien entendu il faut toujours, TOUJOURS aller voir son vétérinaire en premier et à minima une fois par an. Pour autant, nos vétérinaires ne sont en général pas en mesure de prendre en compte les volets « énergétique » et « émotionnel » de nos chers 4 pattes.

Pourquoi les soins énergétiques pour les animaux ?

Pour la plupart d’entre eux, la vie dans laquelle ils évoluent, est très éloignée des fondamentaux et des conditions idéales permettant leur épanouissement.

Les conditions de vie que nous leur octroyons, sont souvent bien inférieurs à leurs besoins minimums d’intimité, d’exercice, d’aventure ou de liberté. La nourriture que généralement nous leur donnons, l’environnement sonore dans lequel nous les faisons vivre, sont très loin de correspondre à leurs réels besoins…

Tout ceci sans oublier l’intrusion que nous faisons dans leur équilibre corporel (castration, contraception, taille des griffes, des oreilles, de la queue, etc.…) ou dans leur équilibre émotionnel en les laissant trop souvent seuls et dépourvus de compagnons de leur espèce ou trop peu d’interactions sociales.

Tout comme pour nous, humains, les changements importants de leur quotidien peuvent les affecter plus ou moins fortement : stress vis à vis de son humain ou de son environnement, intervention chirurgicale suite à un accident ou une maladie, fin de vie …

Par ailleurs, les animaux sont de grands empathes. Non seulement ils ont leur propre stress, et aussi ils prennent bien souvent le notre et nos maux.Ils peuvent ainsi ressentir un stress qui affecte fortement leur qualité de vie et qui peut engendrer différents maux.

Bien souvent les maladies proviennent d’un déséquilibre énergétique résultante d’un stress émotionnel non ou mal géré.

L’Énergie Vitale transmise à l’animal lors d’un soin énergétique, va lui permettre d’harmoniser son équilibre énergétique à tous niveaux : physique, émotionnel, mental et spirituel.

Soins énergétiques aux animaux

Les animaux sont très réceptifs aux soins énergétiques et en général les apprécient fortement.

Les soins énergétiques permettent d’équilibrer et d’harmoniser les circuits énergétiques et métaboliques du corps. Les soins vont permettre un relâchement des tensions neuro-musculaires et un apaisement des douleurs. Un soin énergétique va agir simultanément sur les douleurs émotionnelles et physiques. L’objectif étant de lui permettre de retrouver sérénité et bien-être autant ce que cela se peut.

Nos animaux sont un membre à part entière de la famille, ils nous accompagnent dans notre quotidien et nous aident à surmonter nos difficultés, nos tracas petits et grands et ce faisant, (bien qu’on ne le souhaite pas) ils peuvent s’en trouver affecter et contracter des maladies.

Tous ces facteurs peuvent influer le comportement et l’état physique et émotionnel de nos animaux. Il est à regretter que l’on ne prend pas en compte le côté émotionnel et les anxiétés, de nos chers compagnons.

Comme chez l’humain, nombre de problèmes comportementaux et l’essentiel des pathologies (problèmes digestifs, ulcères, tics, baisse de forme, etc.) sont liées au stress et aux émotions.

Les soins énergétiques pour animaux sont bénéfiques pour tous les animaux : ceux qui souffrent, qui sont anxieux, peureux, agressifs, qui ont le mal des voyages, manquent de vitalité pour les compétitions, les débourrages pour les équidés, les problèmes musculaires, de peaux… en complément des soins vétérinaires… mais également pour ceux qui vont bien – un peu comme pour nous quand on se fait faire un massage bien être et détente – seront au rendez-vous.

Quelques bienfaits

Les soins énergétiques aux animaux pourront apporter différents bienfaits comme, soulager, voire éliminer ses douleurs, faciliter le rétablissement après une intervention chirurgicale, une blessure ou une maladie, stimuler le système immunitaire, accélérer une cicatrisation, réduire les troubles émotionnels, apaiser, détendre, réduire l’agressivité et l’anxiété, ou encore accompagner en fin de vie.

Les soins énergétiques agissant au niveau vibratoire de la structure énergétique de l’animal, ils sont complémentaires à l’intervention d’un professionnel de la santé animale :

  • Ils agissent sur toute forme de pathologie diagnostiquée et traitée par un vétérinaire pour faciliter et accélérer la guérison si elle est possible,
  • Ils renforcent les effets des traitements allopathiques prescrits,
  • Ils apportent un soulagement des souffrances physiques,
  • Ils réduisent l’anxiété et le stress,
  • Ils apportent un mieux-être général et un confort de vie pour l’animal,
  • Ils aident à calmer les animaux agressifs ou craintifs,
  • Ils améliorent les problèmes émotionnels et comportementaux.
  • Ils accompagnent un animal en fin de vie, pour soulager au maximum sa souffrance, mais aussi pour lui assurer une transition en douceur, dans l’amour et la sérénité.

L’animal, son humain et les soins énergétiques

En cas de présence d’un déséquilibre énergétique chez l’animal, il y a également un déséquilibre énergétique chez le propriétaire.

L’animal peut se faire, tour à tour, animal-miroir, animal-enseignant ou animal-éponge, pour aider son humain.

En présence de difficultés aiguës et prolongées chez le propriétaire, l’animal pourra être affecté profondément dans sa propre sphère, jusqu’à parfois développer des types de déséquilibres habituellement réservés à l’humain : l’animal cale ici son comportement vibratoire sur celui de son propriétaire.

Il devient alors important pour le propriétaire d’être pris en charge sur le plan énergétique afin de rétablir son équilibre émotionnel et contribuer à rétablir celui de son animal ainsi que la relation qui les unit. 

Dans ce cas, les soins énergétiques permettront, par exemple :

  • De faire progresser une relation bloquée entre l’animal et son propriétaire,
  • De travailler sur les problématiques du propriétaire, comme par exemple le manque de confiance ou les peurs,
  • De corriger les comportements inadaptés prenant source dans des sentiments ou émotions déséquilibrés,
  • De prendre conscience de ses erreurs, apporter un changement d’état d’esprit et dépasser ses schémas limitants,
  • De restaurer une confiance mutuelle perdue,
  • De favoriser les performances sportives en travaillent sur les difficultés propres à chacun,
  • De travailler une problématique commune à l’animal et son propriétaire,
  • De travailler sur une phobie en rapport avec l’animal de manière générale (peur des serpents…),
  • D’apporter un mieux -être général…

Ces soins peuvent être proposés à l’humain seul, mais il est vivement conseillé d’envisager un travail simultané animal-propriétaire.

Concrètement comment se déroulent les soins énergétiques aux animaux

Pour pratiquer les soins énergétiques aux animaux, il est important que le praticien respecte certains principes.

Demander la permission

Même si généralement les animaux apprécient de recevoir un soin énergétique, le praticien doit toujours demander la permission à l’animal (et bien sûr à son propriétaire).

soins énergétiques pour animaux

En se plaçant dans l’intention et l’amour, il faut simplement lui expliquer pourquoi nous souhaitons lui prodiguer un soin et lui demander son accord. Le soin ne pourra être opérant que s’il accepte de le recevoir.
Cet accord sera demandé en début de chaque session.

En fait, c’est une permission d’entrer dans leur « espace personnel », que ce soit simplement pour un balayage du corps ou pour un soin complet. Généralement, les animaux sont toujours prêts à recevoir ce type d’aide et de guérison.

L’animal doit pouvoir décider

Il est important de ne pas se lancer trop vite dans le contact avec l’animal.

L’animal doit toujours être celui qui décide du moment où les soins peuvent commencer et quand ils doivent se terminer. L’animal doit être en mesure de pouvoir bouger librement.

Diverses approches de thérapies énergétiques existent. Difficile de d’affirmer que telle ou telle approche est meilleure ou moins bonne qu’une autre… Seule compte l’énergie d’amour que l’énergéticien va inclure dans son soin à l’animal en demande.

soins énergétiques pour animaux
Emplacement des 7 chakras chez le chat

Dans tous les cas, l’énergéticien va agir sur la structure énergétique de l’animal, incluant ses corps subtils, ses chakras et nadis, afin d’effectuer un rééquilibrage et une harmonisation de l’ensemble du circuit. Méthode non intrusive, en douceur et surtout sans douleur, sans manipulations d’aucune sorte, dans une grande bienveillance envers l’animal, qui agit sur tous les plans de l’être, aussi bien physique, psychique, énergétique et spirituel.

Les soins peuvent se pratiquer en « présentiel », avec l’animal physiquement ou alors à distance.

Séance de soins énergétiques pour les animaux

Le soin

soins énergétiques pour animaux
Emplacement des 7 chakras chien le chien

Le soin énergétique est effectué lors d’une imposition des mains sur l’animal, ou au-dessus, avec éventuellement l’utilisation du son, dans le respect de l’être. Le praticien se contente de canaliser l’Énergie Vitale. En faisant re-circuler l’énergie dans le corps, cette dernière permettra au receveur d’activer son propre processus d’auto-guérison qui lui permettra de recouvrer sa vitalité, sa santé.

Déroulement d’une session de soins énergétiques pour animaux

Deux façons d’offrir un soin énergétique à un animal :

1- soin physique, en personne

soins énergétiques pour animaux
Emplacement des 7 chakras chez le cheval

Par une imposition des mains sur ou juste au-dessus du corps de l’animal, avec éventuellement l’utilisation du son, l’énergie est transmise pour l’aider à régler le problème qui le perturbe. Ceci, que ce soit pour une guérison physique, psychique, énergétique ou spirituelle.

2- soin à distance

Le soin à distance est très efficace et dans certains cas, peut être préférable aux traitements sur place.
Des animaux peuvent vivre trop loin pour des traitements sur place, d’autres peuvent être extrêmement craintifs des étrangers, vieux et fragiles, ou proche de la mort et peuvent pouvoir mieux se détendre en recevant un soin énergétique à distance. Également, pour des propriétaires très occupés, les soins à distance sont une alternative prisée.

Nombre de soins nécessaires, à quelle fréquence ?

Tout dépend des cas, soyez attentif à votre animal, parfois une séance ou deux suffiront, d’autres fois pour des pathologies bien installées il en faudra plus.

Les soins agissent plusieurs jours entre 24 et 72h donc cela ne sert à rien de les enchainer sauf cas d’urgence spécifique. Il est important de s’adapter en fonction de chaque cas, une semaine à 10 jours d’écart étant en général satisfaisant.

Pour conclure

Nos animaux, sont de véritables « boules » d’amour, ils nous offrent toujours leur joie, leur tendresse, mieux que personne ils devinent si nous ne sommes pas bien et nous réconfortent. Vous avez remarqué ils sont toujours contents ! Ils ne vous disent jamais non !

Nous leur devons bien plus qu’une gamelle et un gite ! Ils méritent que nous prenions soins d’eux du mieux possible, que nous prenions en compte, leur être dans sa globalité, sans oublier leurs émotions, nos animaux sont des êtres sensibles. Ne l’oublions pas !


Barbara Lance

Énergéticienne, Naturopathe – La Sélection de Blue Moon

Catégories
éducation bien-être animal cognition animale communication animale Comportement droit animalier Littérature santé animale

La première formation en Thérapies Animalières

Combien de personnes souhaitent annuellement réorienter leur vie professionnelle ? trouvez un nouveau souffle ? s’investir dans des causes qui leur parlent vraiment ?  

A l’occasion de mes rencontres, j’ai souvent été questionnée sur mon parcours et le cursus qui m’a menée à m’occuper du comportement des animaux. A l’issue de ces conversations, les curieux m’ont remonté qu’ils regrettaient l’absence de centre de formation avec des cours physiques : « tous ce fait par correspondance maintenant et travailler avec des animaux quand vous n’avez que de la théorie, cela ne veut rien dire.« , « Se trouver un stage tout seul, c’est la galère. Les responsables veulent des gens compétents et on ne sait pas ce que l’on vaut.« , « j’aimerai faire ce métier, mais je ne sais s’il y a des débouchés et personne pour me répondre.« 

C’est vrai… pas facile de changer de vie, de faire le grand saut sans trop savoir ce qu’il en sera. Et puis soyons honnête, une formation coûte cher, donc il faut être sur de son investissement.

Alors nous avons pensé à eux et celles qui voudraient réorienter leur vie en leur donnant un nouveau sens, à ceux qui veulent juste acquérir des connaissances et des compétences sur le monde du chien ou du chat.
Pour nous, professionnels et thérapeutes du secteur, le bien-être animal est le socle de toutes nos actions. Il est indispensable de comprendre les animaux, pour défendre leurs droits et mettre en place les devoirs que nous avons à leur égard.
La formation en Thérapies Animalières, proposée par le Centre Kami s’adresse à toutes ces personnes motivées et intéressées par les thérapies, le comportement et le bien-être des animaux.
Composée de 3 parties, cette formation se veut holistique. Tous les aspects de la gestion thérapeutique du chien et du chat seront dispensés.

Et bien entendu des stages de pratiques viendront compléter les cours physiques, les cours virtuels et les tests d’évaluation.

Nous avons voulu cette formation aussi flexible que possible.

La formation vous intéresse ? Contactez-nous et nous pouvons vous apporter des réponses concrètes.

Catégories
Alimentation éthique bien-être animal Comportement santé animale

La Dysplasie du chien

Qu’est-ce que la dysplasie du chien ?

Le mot « dysplasie » signifie « anomalie du développement ». Les articulations chez le chien sont composées d’au moins deux os qui s’emboîtent parfaitement, pour former l’articulation. Lorsque ces os ne s’emboîtent pas normalement, en raison d’une malformation, d’une fracture ou d’une hyperlaxité ligamentaire, il y a une incongruence articulaire aussi appelée dysplasie articulaire. La malformation articulaire se produit pendant le développement, c’est-à-dire en période de croissance du chien.

La dysplasie du chien vise trois articulations en particulier :

  • La hanche, entre la tête du fémur et l’acetabulum du bassin (articulation coxofémorale).
  • L’épaule entre la scapula (ou omoplate) et la tête de l’humérus
  • Le coude entre l’humérus et le radius et l’ulna

La malformation va entraîner une déformation progressive de la cavité de l’os. Avec le temps, les os se frottent et abîment le tissu cartilagineux, qui produit le liquide synovial. La dysplasie génère de l’arthrose, douloureuse et invalidante pour le chien et des inflammations à répétition pour le chien.

Les causes de la dysplasie

La dysplasie du chien touche principalement les chiots de races moyennes, de grandes races, et de races géantes, tels que le labrador, le golden retriever, le berger allemand, le rottweiler, le dogue allemand, le bouvier bernois, le St Bernard, le Bobtail, … (liste non exhaustive – les petits chiens et chats peuvent être touchés aussi).

L’affection est liée à des anomalies sur de nombreux gènes, ce qui la rend difficile à éradiquer par la sélection génétique pratiquée par les éleveurs. Cependant des facteurs environnementaux comme le surpoids durant le jeune âge, l’excès d’exercice chez le chiot, une alimentation mal adaptée et trop riche, des traumatismes articulaires provoqués par des chutes répétées, peuvent favoriser l’expression clinique chez des animaux génétiquement atteints.

Cela sous-entend qu’il est donc possible de prévenir l’apparition d’une dysplasie en prodiguant une alimentation équilibrée et de bonne qualité au chien, adaptée à son âge et à sa race et en ménageant les chiots pendant leur période de croissance. Il faut en effet éviter de leur faire pratiquer des activités physiques intensives, trop longues ou avec risque d’impact.

Les symptômes de la dysplasie

Certains signes sont présents cliniquement dès que le chiot atteint 4 ou 6 semaines. Le plus souvent la maladie est diagnostiquée entre 6 et 12 mois. Cependant, un très jeune chiot peut être handicapé très tôt et d’autres chiens peuvent ne pas présenter de signes cliniques avant 1 à 2 ans. Certains chiens ne présentent ni douleur ni boiterie avant 6 à 10 ans.

Les symptômes sont les suivants :

  • boiterie postérieure
  • manque de coordination sur les postérieurs
  • réticence à courir et à sauter
  • difficulté à se coucher, se lever, et monter les escaliers
  • démarche anormale

Si le chien ne présente pas des signes de douleur visible, la douleur coxofémorale est souvent observée en consultation.
Elle est causée par les lésions à la hanche, par les altérations du cartilage et les micro-fissures associées. L’érosion du cartilage progresse et la douleur arthrosique s’installe.

Diagnostiquer la dysplasie du chien

Le diagnostic de la dysplasie résulte d’une collaboration entre les observations du propriétaire et le bilan de l’examen clinique réalisé par le vétérinaire.
Une consultation spécialisée est nécessaire si vous observer les signes suivants :

  • raideur
  • intolérance à l’exercice
  • difficultés au relever ou au coucher
  • difficulté à monter les escaliers, à sauter dans la voiture
  • démarche anormale
  • boiterie sur un ou les deux postérieurs
  • douleur spontanée

La consultation spécialisée va réaliser un examen approfondi afin de dépister la dysplasie, le grader et proposer les traitements adaptés.

Le diagnostic nécessite la réalisation d’un bilan radiologique sous légère tranquillisation. Des radiographies sont réalisées sous différentes axes et sous contraction ou décontraction musculaires. Les radiographies permettent de mesurer le degré de laxité articulaire ce qui va conditionner les modalités de traitement.
Le vétérinaire peut aussi faire appel à une imagerie sous scanner pour avoir une meilleure lecture de l’anatomie du chien et de la malformation. Chez les chiens appartenant aux races prédisposées à une dysplasie on effectuera dès leur jeune âge des radiographies des articulations concernées.

Traiter la dysplasie du chien

Il existe aujourd’hui de nombreuses solutions médicales ou chirurgicales pour restaurer la mobilité de votre compagnon et améliorer son confort. Le type de traitement proposé dépend de nombreux facteurs incluant l’âge et le degré d’atteinte du patient.

Traitements chirurgicaux :

Les techniques d’intervention chirurgicales pour traiter la dysplasie de hanche sont nombreuses. Elles sont choisies par le vétérinaire, au cas par cas, en fonction de la gravité de la maladie et de l’âge de l’animal. Parmi ces techniques, on peut citer :

  • La Résection de la Tête et du Col du Fémur qui consiste au retrait de la tête et le col du fémur. Cette opération supprime l’articulation de la hanche. Elle n’est indiquée que chez les chiens assez légers, qui présentent une bonne musculature des fessiers pour assurer une bonne récupération de la mobilité.
  • La Triple ou la Double Ostéotomie du Bassin qui consiste à recréer une articulation de hanche normale en pratiquant une découpe des os du bassin. Cette opération est réservée aux jeunes chiens qui ne souffrent pas d’arthrose
  • La prothèse de hanche permet de recréer une articulation parfaite de la hanche. Elle consiste à remplacer la tête du fémur et la cavité de l’os du bassin qui la reçoit par des implants artificiels. Elle est indiquée chez les chiens qui ont des douleurs non soulagées par les traitements médicamenteux. Elle est en revanche très onéreuse mais permet au chien de ne plus souffrir après l’opération et donc de se passer à vie d’anti-inflammatoire.

Il existe d’autres opérations qui permettent de soulager le chien de ses douleurs articulaires liées à l’arthrose.

Traitements non chirurgicaux

Le traitement médical et hygiénique de la dysplasie de la hanche est globalement le même traitement que celui de l’arthrose : contrôle du poids, suppléments nutritionnels, anti-inflammatoires et anti-douleurs, chondroprotecteurs et physiothérapie.

La gestion non-chirurgicale est recommandé chez les chiens dont la dysplasie de la hanche est découverte fortuitement. Pour les chiens dont la dysplasie induit des symptômes cliniques, la réponse au traitement non chirurgical dépend de la sévérité de la douleur.

À court terme, le confort de la majeure partie des chiens est amélioré. Malheureusement les résultats ne sont pas toujours durables et la majorité des chiens dysplasiques demandent à terme une restriction d’activité et un traitement médical au long court. Dans 9 cas sur 10, l’examen clinique révèle une douleur à la manipulation des hanches.

Le Centre Kami propose une approche globale pour traiter les inflammations et la douleur, et fournit un plan de rééducation fonctionnelle adapté à chaque chien.

Il sera crucial de veiller à ce que le chien ne soit pas en excès de poids. De l’exercice régulier sera indispensable pour éviter le surpoids et favoriser le développement musculaire. Ce sont les muscles qui maintiennent la stabilité de l’articulation.

La douleur se traite en principe avec des anti-inflammatoires. Le problème, c’est qu’à long terme, ces anti-inflammatoires (metacam,etc…) finissent pas impacter les organes majeurs du chien (foie, reins). Nous privilégions ainsi des anti-inflammatoires naturels qui agissent sur le long terme sans effets secondaires : reines des près, harpagophytum, yucca, pissenlit, que vous trouverez dans :

Les chondroprotecteurs : Pour combattre l’arthrose, il est indispensable de donner au chien des chondroprotecteurs (protecteurs des cartilages). Nous vous proposons de  ces chondroprotecteurs de différentes façons:

En complémentation :

Dans des croquettes alimentaires :

massage-canin

La physiothérapie et l’ostéopathie : ce sont deux méthodes alternatives pour lutter contre la douleur liée à l’arthrose mais aussi aux malformations articulaires.

balneotherapie-pour-chien

La balnéothérapie et la nage : Évitant au chien de subir la gravité et donc de peser sur ses articulations la nage permet au chien de développer une musculature efficace sans douleur.

N’hésitez pas à nous contacter si vous avez une question.

Catégories
Alimentation éthique animal bien-être animal nutrition santé animale

De la chondroïtine, la glucosamine et du MSM dans les aliments pour chiens et chats… Pourquoi et est-ce nécessaire ?

Kami Nutri-Santé a opté pour une triple association -chondroïtine, la glucosamine et du MSM- dans quelques recettes qu’elle propose, pour améliorer le bien-être des chiens et chats vieillissant qui rencontrent des raideurs articulaires et des problèmes de mobilité liés à l’arthrose.

Il a semblé important d’ajouté ces composants, non seulement pour les seniors, mais pour les chiens en surpoids et pour les chiens de grandes tailles d’avantage sujet à des problèmes articulaires. Au delà de l’aspect curatif, l’amélioration et l’apport de confort, la gamme Kami Nutri-Santé prend en considération l’aspect préventif de ces problèmes.

Chien-Light-truite & saumon-sans céréales

Qu’est-ce que la chondroïtine ?

La chondroïtine est une glycosaminoglycane sulfatée apparentée à l’acide hyaluronique, qui est utilisé dans la production de protéoglycanes (combinaison d’une protéine et de glucides). Le sulfate de chondroïtine est un composant de la matrice du cartilage ; il contribue à son hydratation,et donc à sa flexibilité et à son élasticité.
Il a été montré au travers d’études que cette substance est susceptible d’améliorer les symptômes cliniques de l’arthrose. De façon générales, les préparations de sulfate de chondroïtine pourraient avoir des effets bénéfiques chez des individus souffrant d’arthrose : elles favoriseraient les processus anabolisants et diminueraient l’inflammation.

Qu’est-ce que la glucosamine ?

Pour sa part, le sulfate de glucosamine est un sucre aminé qui sert à la synthèse de plusieurs macromolécules présentes dans différents tissus, dont le cartilage.

Les effets de l’association chondroïtine-glucosamine

Les chondrocytes saines synthétisent normalement chondroïtine et glucosamine à partir du glucose des aliments au terme de plusieurs réactions biochimiques. En cas d’arthrose, les chondrocytes même bien alimentés en glucose ne parviennent plus à accomplir correctement leur tâche. De plus, la production par l’organisme de ces deux substances diminue progressivement avec l’âge. L’association glucosamine-chondroïtine est pertinente puisque les mécanismes d’action de ces deux molécules sont différents et complémentaires. Selon des évaluations, la prise de ces deux produits améliore l’état dans environ 80 % des cas.

Le méthyl-sulfonyl-méthane ou MSM.

Une substance peu connue mais efficace pour réduire les douleurs : Le méthyl-sulfonyl-méthane (MSM) est une source stable, riche et naturelle de soufre organique.
Le soufre est présent en concentration élevée dans le collagène de la peau, des articulations et des vaisseaux sanguins. Dans les articulations, il participe à la production du sulfate de chondroïtine, du sulfate de glucosamine et de l’acide hyaluronique qui confèrent au cartilage son élasticité. Il joue donc un rôle important dans la stabilité et l’intégrité du tissu conjonctif et des protéines.
Grâce au soufre qu’il renferme, le MSM contribuerait à maintenir en bon état les tissus conjonctifs (tendons, derme profond, collagène, cartilage, etc.). Le soufre est crucial à l’action du glutathion, un neutralisateur de radicaux libres très puissant, nécessaire pour la formation et la restauration de la matrice cellulaire du cartilage.

Les preuves scientifiques

Découvert dans les années 1970 aux États-Unis, le MSM a été initialement très utilisé en médecine vétérinaire pour lutter contre les troubles inflammatoires musculaires et articulaires, notamment chez les chevaux de course et les chiens de race. Actuellement, il est essentiellement proposé dans le contexte des compléments alimentaires, pour soulager les douleurs liées à l’arthrose.
Deux essais cliniques de bonne qualité méthodologique sur plusieurs centaines d’individus souffrant d’arthrose semblent justifier son usage dans ce contexte.
Une étude en double aveugle a montré une réduction de 82 % de la douleur de patients arthrosiques après six semaines de supplémentation avec 2,25 g de MSM quotidiens.
Un essai clinique de qualité a également montré que l’association de MSM et de glucosamine soulage efficacement les douleurs arthrosiques. L’association des deux molécules semble synergique et donner de meilleurs résultats que chaque composé pris séparément.

Chien-Senior Light-Dinde et riz-Naturals

 

Il est conseiller de prendre 1,5 g par jour en deux ou trois prises. Il est parfois associé dans des compléments alimentaires au sulfate de chondroïtine et au sulfate de glucosamine.

 

Reférence

  1. Thierry Soucard édition:  http://www.thierrysouccar.com/
  2. La Gamme Kami Nutri-Santé: https://centrekami.com/produits-accessoires/aliments-et-soins
Catégories
animal bien-être animal conscience publication santé animale

L’interdiction de la reproduction des cétacés en captivité remis en question par le Conseil d’Etat

On pensait en avoir fini avec ce combat et avoir gagné une bataille, il semblerait que non. Il y a environ un an, Ségolène Royal, alors Ministre de l’Environnement, signait un arrêté interdisant la reproduction des dauphins et orques en captivité. Cet arrêté était le point de départ d’un mouvement visant à stopper la captivité des mammifères marins dans les delphinariums et ainsi en finir avec la souffrance animale.

Les 3 Parcs Français –  Marineland, Parc Asterix et le Parc Planète Sauvage de Port -Saint -Père en Loire Atlantique – ont saisi la plus haute juridiction administrative pour faire annuler l’arrêté, en mettant en avant « l’absence de consultation du public ». Les partie adversaires, les Associations pour la « protection de animaux sauvages » et « C’est Assez » mentionnent que « La ministre est allée jusqu’au bout de la logique et a interdit la détention à terme des cétacés, en se basant sur les avis rendus au cours de la consultation ». De plus, les avocats de « One Voice » rappelle que Ségolène Royal a « suivi les recommandations du Conseil National de la protection de la nature et les avis du public ». Il est fortement regrettable que le rapporteur public n’ait pas évoqué la souffrance des dauphins et les conditions de détention inadaptée et inacceptable.

Les avocats de Marineland se plaignent qu’à terme, un tel arrêté conduirait à la fermeture du delphinarium. Il soutient que les dauphins et les orques sont bien traités aujourd’hui et que leur durée de vie en bassin est bien supérieure à celle des animaux en liberté.

Rappelez-vous : le texte de Ségolène Royal prévoit également l’interdiction de l’utilisation de plusieurs produits chlorés et l’agrandissement des bassins de 150%, pour permettre aux animaux de se soustraire au vacarme et à la proximité dérangeante des visiteurs. Le Conseil d’Etat, qui a été saisi en août dernier, a d’ores et déjà, suspendu l’interdiction d’utilisation des produits chlorés.

Cette décision est une offense aux animaux, à leur bien-être, au respect de la vie et à la liberté que chaque être vivant est en droit d’avoir. Si le Conseil d’Etat valide les demandes des Parc, alors nous aurons la certitude que l’économie et le pouvoir financier ont plus d’importance que le respect de la vie animale et de la liberté même… cela n’est pas concevable pour nous. Cela ne se pourra pas.

Corine Gomez

Catégories
Alimentation éthique animal nutrition santé animale

La Gamme Kami Nutri-Santé est née !

Voilà maintenant quelques temps que le Centre Kami voulait créer sa propre gamme d’aliments secs pour nos compagnons félins et canins. De l’idée est venue un projet. Du projet, des rencontres et des partenaires qui ont su répondre à notre cahier des charges :

  • Veiller à une élaboration dans le respect des besoins nutritionnels et physiologiques de nos animaux non-humain, en fonction de leur age.
  • S’assurer d’un apport protidique quotidien en adéquation avec leurs besoins de carnivore
  • Régler les troubles de la digestion
  • Compléter avec des vitamines et minéraux d’origines naturelles, pour le bon fonctionnement métabolique.
  • Considérer l’animal de façon holistique et éthique
  • Créer des recettes sans OGM, ni gluten, ni céréales
  • Respecter les animaux non-humains et humains en offrant une gamme de produits de très bonne qualité à un tarif plus qu’abordable !

Le Centre Kami vous propose ses croquettes pour Chiens et Chats, à partir de 10 € chez le chien (ex. Adulte Super Premium Poulet & Riz – 2 kg) et  de 11 €  pour le chat,  le paquet de 2 kg (ex. Super Premium Croquettes pour chats Senior -2kg) . Des conditionnement en 2 kg et 12 kg.

La liste complète des croquettes sur notre page Aliments et Soins

Téléchargez le catalogue 2018 : Centre Kami-catalogue janvier 2018

Vous résidez dans les Alpes Maritimes, nous livrons soit à domicile, soit sur le lieu de travail.

Besoins de plus de renseignements sur les recettes des croquettes ? La livraison hors 06? Contactez – nous !

Chaton-Poulet-sans céréales Chien-Senior Light-Dinde et riz-NaturalsChien-super premium-Poulet et rizChats-dinde-sans céréales