Catégories
éducation bien-être animal cognition animale communication animale Comportement droit animalier Littérature santé animale

La première formation en Thérapies Animalières

Combien de personnes souhaitent annuellement réorienter leur vie professionnelle ? trouvez un nouveau souffle ? s’investir dans des causes qui leur parlent vraiment ?  

A l’occasion de mes rencontres, j’ai souvent été questionnée sur mon parcours et le cursus qui m’a menée à m’occuper du comportement des animaux. A l’issue de ces conversations, les curieux m’ont remonté qu’ils regrettaient l’absence de centre de formation avec des cours physiques : « tous ce fait par correspondance maintenant et travailler avec des animaux quand vous n’avez que de la théorie, cela ne veut rien dire.« , « Se trouver un stage tout seul, c’est la galère. Les responsables veulent des gens compétents et on ne sait pas ce que l’on vaut.« , « j’aimerai faire ce métier, mais je ne sais s’il y a des débouchés et personne pour me répondre.« 

C’est vrai… pas facile de changer de vie, de faire le grand saut sans trop savoir ce qu’il en sera. Et puis soyons honnête, une formation coûte cher, donc il faut être sur de son investissement.

Alors nous avons pensé à eux et celles qui voudraient réorienter leur vie en leur donnant un nouveau sens, à ceux qui veulent juste acquérir des connaissances et des compétences sur le monde du chien ou du chat.
Pour nous, professionnels et thérapeutes du secteur, le bien-être animal est le socle de toutes nos actions. Il est indispensable de comprendre les animaux, pour défendre leurs droits et mettre en place les devoirs que nous avons à leur égard.
La formation en Thérapies Animalières, proposée par le Centre Kami s’adresse à toutes ces personnes motivées et intéressées par les thérapies, le comportement et le bien-être des animaux.
Composée de 3 parties, cette formation se veut holistique. Tous les aspects de la gestion thérapeutique du chien et du chat seront dispensés.

Et bien entendu des stages de pratiques viendront compléter les cours physiques, les cours virtuels et les tests d’évaluation.

Nous avons voulu cette formation aussi flexible que possible.

La formation vous intéresse ? Contactez-nous et nous pouvons vous apporter des réponses concrètes.

Publicités
Catégories
animal éthique droit animalier publication

Les grands carnivores: L’Union Européenne prend des mesures pour les protéger

L’Union Européenne (EU) va enfin mettre en place des mesures visant à protéger les grands carnivores dans les pays de l’Union Européenne.

Ces mesures vont permettre aux agriculteurs de recevoir une indemnisation intégrale pour tout dommage causé par des attaques d’animaux protégés tels que les lynx, les loups et les ours. Les autres dépenses, telles que l’installation de clôtures électriques ou l’acquisition de chiens de protection pour prévenir les dommages, seront également intégralement remboursées.

L’UE estime que cette initiative contribuera à protéger les grands prédateurs dans les zones où ils sont entrés en conflit avec les humains.

ours brun

Les militants de la protection animale espèrent que cela limitera le besoin de réforme.

Après plusieurs décennies de déclin, le nombre de grands carnivores comme le loup et l’ours est stable ou en augmentation dans de nombreuses régions d’Europe, souvent grâce aux efforts de conservation concentrés.
Il y a maintenant environ 17 000 ours bruns en Europe, répartis dans 22 pays. Bien qu’ils restent menacés, ils ont bien réussi à s’installer dans le nord de l’Espagne, où leur nombre a presque doublé en dix ans.

Mais le succès de la conservation augmente également les risques de conflit homme-faune.

Le nombre de loups a augmenté en Allemagne à un point tel que les animaux errent maintenant aux Pays-Bas où ils ont été associés à une augmentation des attaques sur les moutons.

Bien que ces carnivores sauvages soient protégés par la loi dans la plupart des pays, cela n’a pas empêché les agriculteurs de prendre les armes lorsque leurs animaux domestiques ont été attaqués.

Ce conflit est devenu un problème important dans certains pays. En France, environ 10.000 moutons ont été tués dans des attaques de loups, selon les éleveurs, en 2016. Le  gouvernement a versé une indemnité de quelque 3,2 millions d’euros.

À présent, l’UE espère qu’en assouplissant les règles de remboursement des dommages causés par les carnivores, elle réduira la nécessité pour les éleveurs – agriculteurs de tuer ces espèces menacées.

En vertu du nouvel arrangement, les États membres seront en mesure d’indemniser intégralement les agriculteurs pour les dommages causés par les loups et les ours. Les agriculteurs auront également droit à une indemnité pour la construction de clôtures électriques et l’achat de chiens de protection (type Montagne des Pyrénées,…).
Les dépenses indirectes, y compris les factures vétérinaires pour le traitement des moutons et des bovins blessés, ainsi que les coûts liés à la recherche des animaux disparus, seront également entièrement prises en charge.

Les militants des droits des animaux ont bien accueilli cette initiative.

« Cela enlève une excuse pour tuer les animaux du fait que l’on peut prendre des mesures préventives afin de réduire, voire éliminer complètement la menace », a déclaré le Dr Jo Swabe de Humane Society International. « Nous espérons que cela fera une différence sur le terrain. »

Les gouvernements allemand et français ont exercé beaucoup de pression pour permettre l’abattage des loups comme moyen de protection du bétail domestique. Et certains ont dit craindre que les humains ne soient également attaqués.

« Vous avez essentiellement des politiciens alarmistes qui disent que nous devons avoir cette option, car il peut parfois s’agir d’un enfant attaqué », a déclaré le Dr Swabe.
« Mais si vous regardez le comportement du loup, il est très peu probable qu’un enfant soit jamais attaqué. Ils ont plus à craindre de nous que nous en avons. »

Bien que l’UE ait sanctionné l’augmentation des paiements versés aux agriculteurs dans l’espoir que cela puisse réduire le besoin de réforme, les gouvernements n’ont pas toujours fourni l’argent nécessaire.

Affaire à suivre…

Corine Gomez
Comportementaliste

Catégories
animal émotions éthique bien-être animal conscience droit animalier

Qu’est-ce que la Sentience Animale?

Article de Musky, parue le 3 Janvier 2017  « Cruelty Free Lifestyle. org » – traduction C. Gomez

Qu’est-ce que la sentience animale?

Si vous venez de commencer à faire des recherches sur le droit des animaux, vous avez probablement rencontré ce terme : «sentience animale». Bien qu’il soit utilisé assez souvent, le concept et son importance ne sont pas toujours bien expliqués. C’est pourquoi nous avons décidé d’explorer le concept plus en profondeur aujourd’hui, pour vous aider à prendre des décisions éclairées en ce qui concerne votre point de vue éthique. Bien que cela soit censé être un article éducatif, je veux vous donner mon opinion personnelle sur la sensibilité des animaux.

Ce numéro est «L’éléphant dans la pièce» et vient de l’Université de la blague évidente! Vous entendrez sans doute le classique, l’argument «Les plantes ont aussi des sentiments», utilisé par les personnes qui doivent justifier la cruauté envers les animaux (généralement propagée par l’industrie de la viande!).

Donc, voici une expérience amusante à essayer si vous avez le moindre doute …

Courez vers un mouton et criez « BOUHH ». Le mouton va s’enfuir. Maintenant, montez à une plante et criez « BOUHH ». Est-ce qu’il s’enfuit? Evidemment, c’est une explication très simpliste.

cow-cflorg
Si vous êtes préoccupé par le traitement éthique des animaux, je vous invite à lire le document « Unconscious machines or sentient beings ? », car les informations fournies vous indiqueront la voie à suivre, ainsi que les racines de nombreux problèmes éthiques que nous rencontrons aujourd’hui.
Alors asseyez-vous, versez-vous une tasse de thé et profitez du voyage dans les basiquess du droit des animaux.

Qu’est-ce que la sentience animale?

Tout d’abord, il est important de comprendre un concept plus large avant de le lier aux droits des animaux.

Selon Oxford Dictionaries, être sensible signifie être « capable de percevoir ou de ressentir des choses ». Donc, bien sûr, les humains sont des êtres très sensibles, mais qu’en est-il des animaux?

La sentience animale expliquée

Il existe une définition très bien établie pour la sentience animale. Un animal sensible est «capable de prendre conscience de son environnement, de ses relations avec les autres animaux et les humains et des sensations dans son propre corps, y compris la douleur, la faim, la chaleur ou le froid». En d’autres termes, un animal sensible est « un être qui a des intérêts; c’est-à-dire un être qui préfère, désire ou veut. » Tout comme les humains, les autres êtres sensibles, y compris – mais sans s’y limiter – tous les mammifères et oiseaux, évitent la souffrance et recherchent des expériences heureuses et positives. L’interprétation principale de ce concept, approuvée par un groupe international d’éminents neuroscientifiques, a définie la Déclaration de Cambridge sur la conscience de 2012, qui confirme que les animaux ont les « substrats neurologiques générateurs de conscience ».

Pourquoi est-il important de prendre en compte la sensibilité des animaux?

Le fait est que si vous êtes ici, vous le considérez probablement déjà, car quelque chose vous a amené ici, pour en savoir plus sur l’éthique animale et les pratiques cruelles modernes, telles que l’élevage industriel et les tests de produits cosmétiques sur les animaux. Pendant de nombreuses années, dans de nombreuses cultures, les animaux ont été considérés comme des êtres supplémentaires aux êtres humains, et leur valeur était proportionnelle à la façon dont elles étaient exploitables par l’homme. Aujourd’hui, certaines personnes conservent cette approche et, si elles y croient vraiment, il sera impossible de leur faire changer d’avis.

Cependant, si vous êtes ici, vous êtes déjà différent, car quelque chose vous dit que ce n’est « pas juste » de percevoir les êtres vivants et respirants comme des ressources.

Commençons par une histoire!

Qu’on le veuille ou non, si vous pensez aux gens que vous connaissez, chacun a son propre agenda dans la vie, qui peut ou non être différent du vôtre. Vous êtes probablement très conscient de cela, et savez que vous ne pouvez pas justifier moralement de traiter les autres humains différemment parce que leurs intérêts ne correspondent pas aux vôtres.

En acceptant que les animaux soient des êtres sensibles (ce qui est un fait scientifiquement prouvé ), vous reconnaissez également que: Ces êtres ont des intérêts. Leurs intérêts peuvent être très différents des vôtres. Alors, pourquoi traiteriez-vous une créature avec un certain esprit (ce qui signifie que cette créature peut éprouver de la frustration ou de la satisfaction) comme si c’était une ressource?

La seule réponse, qui n’est pas nécessairement convaincante, est « nous le faisons depuis longtemps ».

Bien, peut-être, il est temps d’arrêter!

Les animaux ont des émotions.

Ce n’est pas parce que les animaux ne sont pas capables de signaler verbalement leurs sentiments que ces sentiments ne sont pas présents.

En fait, la science dit le contraire: les ressources scientifiques disponibles aujourd’hui confirment que de nombreux animaux ont une « vie riche et profondément émotive ».

Cela signifie que les émotions agréables, ainsi que le stress et la peur, sont très importants à considérer.

Par exemple, avez-vous remarqué que les animaux aiment jouer?

Les jeunes veaux caressent et frappent des objets juste pour s’amuser, les poulets heureux battent des ailes et les chiens remuent la queue lorsqu’ils reçoivent un traitement.

Tout comme les humains, les animaux apprécient également leur nourriture, leurs interactions tactiles et sexuelles et leur confort de base, comme se détendre à l’ombre par une journée chaude.

Malheureusement, dans la réalité moderne, des millions d’animaux se voient quotidiennement refuser ces expériences de base, sans parler de celles plus sophistiquées. Pour eux, c’est comme passer leur vie entière dans un camp de concentration – ce n’est pas la vie, c’est la survie pleine de souffrance et de douleur, à la fois physique et émotionnelle.

Les animaux sont des êtres sociaux

Les animaux sensibles apprécient les interactions sociales et présentent souvent des structures sociales complexes et des comportements interactifs au sein de leur propre type et entre espèces.

Nier ces liens sociaux avec les animaux entraîne une détresse horrible et une souffrance émotionnelle.

Par exemple, séparer les nouveau-nés de leurs mères est une expérience très traumatisante pour les mères et les bébés – ils pleurent les uns les autres et restent très stressés plusieurs jours après la séparation.

Ne me croyez pas? Vivre à côté d’une ferme laitière. C’est pitoyable d’entendre les pleurs constants de la mère pendant des jours.

Les animaux méritent d’être mieux traités

Malheureusement, les pratiques cruelles mentionnées ci-dessus sont largement répandues et mal réglementées par les organismes gouvernementaux (pour des raisons qui deviennent évidentes lorsque vous faites des recherches sur le sujet).

Nous croyons qu’il est temps de changer et nous espérons sincèrement que vous êtes prêt à vous joindre au mouvement, surtout maintenant que vous savez pourquoi vous aviez ces sentiments suspects envers la cruauté envers les animaux.

Pour finir avec un devis:

Les animaux sont beaucoup plus conscients et intelligents que nous ne l’avons jamais imaginé et, bien qu’ils aient été élevés en esclaves domestiques, ils sont des êtres à part entière.

En tant que tels, ils méritent notre respect.

Référence :

  • Article original « Cruelty Free Lifestyle. org »  03 Janvier 2017

What is animal sentience article, from Cruelty-free lifestyle .org

Catégories
adoption animal émotions évenement bien-être animal Comportement droit animalier

Walking Dog : en marche pour l’adoption

Dimanche 29 avril dernier, plusieurs associations de protection animale se sont mobilisées pour présenter une trentaine de chiens, de toutes races et de tout age, sur la promenade de Cagnes-sur-Mer (06).

Ces chiens sont en famille d’accueil, en refuge, et ont un point commun : ils recherchent une famille pour y vivre et y vieillir heureux. 

Le Centre Kami s’est joint à Aide et Sauvetage aux Animaux 06 pour faire provoquer le coup de foudre en présentant Kimi.

Kimi, une chienne de 1 an seulement et qui pourtant, a connu bien des déboires. Kimi a été trouvée attachée à un poteau à Nice Cimiez, livrée à elle-même. Les bénévoles ont été choqué par la dé-pilosité de son dos et ses flancs et de ses pattes arrières, l’état de sa peau couverte d’eczéma allergique, mais aussi ses mamelles gonflées et pleine de lait.  Tout cela sous-entendait  des chiots qui n’étaient pas là. Les bénévoles de l’association No Name ont fait un travail d’investigation énorme. Ils ont découvert que la chienne avait eu 4 chiots et n’ont pu en retrouvé qu’un. Le chiot a été rendu à sa maman. Kimi a manifesté tellement de joie en retrouvant un de ses petits. Elle, jeune primipare, à qui on a arraché l’essence de sa vie.

kimi & taiko

Kimi et Taïko ont donc défilé dimanche dernier pour trouver une famille. Mais des histoire comme celle là, il y en a tant.

On peut aussi parler de Shams, de LRoy, de Bahia, de Léo, de Boyka, et des dizaine d’autres chiens qui attendent dans les refuges des Alpes Maritimes, de PACA, de France…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et puis il y a les jolies histoires : Celle de Nestor, qui était en pension depuis longtemps. il devait participer à la marche, mais personne pour l’y amener. Une famille a décidé d’aller le chercher la veille pour assurer sa présence lors de la marche et maximiser ses chances d’être adopté. Finalement, la famille a juste craqué pour Nestor, un chien Porcelaine mâle, et l’a finalement adopté. Pour Nestor, cette initiative a été un miracle.

Pour Bordon, un grand gaillard croisé border collier, l’issue a également été favorable. Une personne, qui suivait la marche, a eu le coup de  foudre et a décidé de l’adopter.

D’autres promesses d’adoptions ont été faites. Bien évidemment, voir les chiens marcher, relax, heureux, c’est plus sympa que derrière des barreaux…

Tant de superbes chiens cherchent une famille… n’achetez pas… adoptez.

Un grand merci aux organisateurs : des personnes au grand cœur qui oeuvre tous les jours pour les supers loulous.

Un grand merci à la photographe : crédit photos: Victoria Weckmann

Retrouvé les articles de presse se référant à l’événement :

Prochaine étape : « Walking Dog » à Cannes en Juin : les organisatuer ont été solliciter par Monsieur le Maire de Cannes pour renouveler l’expérience sur la Croisette… en fin de  journée.

Une initiative qui pourrait être reprise de partout en France !

Et n’oubliez pas : Kimi vous attend. Contactez nous par email

Catégories
éthique bien-être animal Comportement droit animalier Littérature publication

Le Pays de Galles envisage d’interdire les animaux sauvages dans les cirques pour faire cesser les pratiques cruelles

L’utilisation d’animaux sauvages dans les cirques au Pays de Galles pourrait être interdite après que le gouvernement gallois ait déclaré qu’il «explorait les possibilités» de mettre fin à cette pratique.

Lesley Griffiths, secrétaire aux affaires rurales du parti du « Labour » à Cardiff, a annoncé que cette initiative visait les spectacles itinérants, soulignant qu’il était «important de ne pas négliger les besoins de bien-être de leurs animaux».

Mme Griffiths a dit qu’elle avait «l’intention d’apprendre» du Gouvernement Ecossais, où une loi adoptée l’année dernière pour interdire les animaux sauvages dans les cirques itinérants, s’est avérée plébiscitée par l’opinion public. »
Les officiels examineraient comment la législation a été rédigée, en soulignant que « les arguments d’éthique et de bien-être pour une interdiction » seraient examinés avant qu’une loi semblable soit présentée.

Claire Lawson, directrice adjointe des relations extérieures de la charité, a déclaré au journal The Independent: «C’est une journée mémorable pour les animaux – avec l’interdiction des animaux sauvages dans les cirques au Pays de Galles pourrait être consignés dans les livres d’histoire une fois pour toutes. »

« La RSPCA s’est battue pendant des années pour que cette interdiction devienne une réalité – et nous sommes absolument ravis que le gouvernement Gallois ait confirmé son intention de présenter une législation pour mettre fin à cette pratique périmée et cruelle sur le sol de ce pays. »

Le groupe de la campagne Animal Defenders International a également salué le mouvement, disant qu’une interdiction était « attendue depuis longtemps ». Son président, Jan Creamer, a déclaré à The Independent: «L’interdiction de l’utilisation des animaux sauvages dans les cirques, au Pays de Galles est ce que le public exige. Les animaux ont besoin et nous espérons que la législation sera adoptée rapidement. »
Les enquêtes menées par le groupe dans le passé, ont montré que les animaux sauvages détenus par des cirques, étaient souvent «soumis à des méthodes d’entraînement brutales et violent».

L’utilisation d’animaux sauvages dans les cirques est déjà interdite en République d’Irlande depuis janvier.
Un porte-parole du ministère de l’Environnement, de l’Alimentation et des Affaires rurales a déclaré le mois dernier que le gouvernement voulait « mettre fin à l’utilisation des animaux sauvages dans les cirques itinérants » et qu’il « légiférerait pour une interdiction dès que le Parlement le permettrait« .

The Independent a contacté le bureau de Michael Gove, le secrétaire à l’environnement, pour voir s’il envisagerait un mouvement similaire pour l’Angleterre. Il n’y avait pas de réponse immédiate.

Article de Jeff Farrell
The Independant  (http://www.independent.co.uk/news/uk/home-news/wales-wild-animals-ban-circus-welsh-big-top-ethica-rights-treatment-a8212396.html)